Sa recherche portant sur l’existence, à la surface des cellules leucémiques, de récepteurs à dépendance, connus pour induire la mort cellulaire en l’absence de leur ligand spécifique. Ce projet de recherche pourrait aboutir à l’utilisation de nouveaux anticorps monoclonaux anti-récepteur à dépendance dans le traitement adjuvant de certaines leucémies.

En tant qu’hématologue pédiatre aux Hospices Civils de Lyon, je travaille chaque jour auprès d’enfants atteints de leucémie aigüe. Nous, les soignants, accompagnons ces patients ainsi que leurs familles tout au long des mois de traitements, encore lourds, de cette maladie qui représente la première cause de cancer chez l’enfant. Pourtant, il arrive encore trop souvent que la guérison ne soit pas au bout du chemin… Seule la recherche, accompagnée d’une collaboration étroite entre cliniciens et chercheurs, peut aujourd’hui nous aider à progresser. En tant que jeune MCU-PH de l’Université Claude Bernard Lyon 1 et des Hospices Civils de Lyon, j’ai la chance de pouvoir travailler sur ces deux tableaux de façon simultanée.

J’ai eu le grand honneur de recevoir en 2016, 2017, et 2018 le Prix Jeune Chercheur en Cancérologie décerné par la Ligue de l’Ain et les Amis de l’Université de Lyon. Ce prix m’a permis de favoriser mon installation dans l’une des équipes du Centre de Recherche en Cancérologie de Lyon (CRCL), déjà renommée pour son rôle dans la recherche sur le cancer et le développement de nouvelles thérapeutiques ciblées, dirigée par le Dr. Patrick MEHLEN. Mon programme de recherche est intitulé « Recherche de l’existence de récepteurs à dépendance dans les leucémies aigues de l’enfant, développement de thérapies personnalisées ».