Ligue contre le Cancer
Comité de l'Ain

 

56 Rue Bourgmayer
Bourg en Bresse 01

Tél:  04 74 22 58 96
  
www.liguecancer01.net

               

Chercher

   

   
Actualités  
A la une
Dernières actualités
Les dossiers
Agenda
   
Le Comité de l'Ain  
Son organisation
Ses résultats
Les Délégations cantonales
La vie des Délégations
Nous contacter
   
Nos missions  
Soutenir la recherche
Les dépistages
Prévention Information
L'aide aux malades
   
Comment nous aider  
Faites un don
Devenez bénévole
Devenez partenaire
Faites un legs
   
Informations utiles  
Avez vous une question ?
Documentations
Adresses et liens locaux
La Ligue et le cancer
Cancer Info Service
   
   
 
      Les dossiers du Comité de l'Ain  

 

 

 

 

Retour à la liste des dossiers

2011 08  Le cancer primitif du Foie : La prévention d'abord
d'après Eric Maunoir : Vivre 2011 T2, N° 350


Cancer du Foie: La prévention d'abord

Avec environ 7 500 nouveaux cas par an en France, le cancer primitif du foie n'est pas parmi les cancers les plus fréquents. Les facteurs de risque de ce cancer, cirrhoses alcooliques ou hépatite virale B ou C devenue chronique, sont très bien identifiés. La prévention et le dépistage précoce sont donc indispensables. Explications....

En constante augmentation depuis plus de 20 ans, le cancer du foie a un pronostic qui est malheureusement trop souvent problématique.
Pourtant, il pourrait dans bien des cas être évité ou dépisté plus tôt.

Il ne s'agit pas ici du cancer métastatique du foie, qui est la manifestation d'une tumeur située à l'origine sur un autre organe et qui s'est propagée jusqu'au foie par le sang, mais bien du cancer du foie « primitif », qui prend véritablement naissance dans le foie.

Or la santé de notre foie est primordiale.
Son rôle est multiple et indispensable pour nous maintenir en vie.
Il secrète la bile qui sert à la digestion, fait la synthèse des protéines essentielles à la coagulation sanguine et transforme les éléments qui lui arrivent par le sang. Ainsi, il épure les toxines et les déchets sanguins et stocke les éléments nutritifs, comme les vitamines ou les glucides.

Mais pourquoi ce cancer du foie primitif - ou hépatocarcinome, sa forme la plus courante - serait-il plus facilement évitable ?
Il fait partie des cancers dont les facteurs de risque sont bien identifiés. Il apparaît en effet le plus souvent au terme de l'évolution d'une maladie chronique, une cirrhose alcoolique ou une hépatite virale B ou C devenue chronique.

Réduire sa consommation d'alcool.
« La cirrhose est le résultat d'une inflammation chronique du foie. Les cellules du foie se
dégradent et sont remplacées progressivement par un tissu particulier, la fibrose. Et cette cirrhose fait le lit du cancer »
, explique Franck Chauvin, professeur de santé publique à l'université de Saint-Etienne et à l'Institut de cancérologie de la Loire.

Toutes les cirrhoses ne conduiront pas à un cancer du foie, fort heureusement.
Mais elles le favoriseront grandement, et ce, qu'elle qu'en soit la cause, une hépatite chronique ou une consommation trop importante d'alcool.
Car le premier facteur de risque du cancer du foie en France reste l'alcool.

Chez les personnes atteintes d'une cirrhose alcoolique, un suivi médical régulier incluant une échographie permettra souvent de détecter de façon précoce un cancer du foie.

Mais le mieux est sans aucun doute de limiter sa consommation d'alcool dès le plus jeune âge.
L'alcool représente en effet, après le tabac, la deuxième cause de mortalité évitable par cancer.
Les boissons alcoolisées sont d'ailleurs classées par le Centre international de recherche sur le cancer (Circ) dans la catégorie des agents carcinogènes. Autrement dit, la consommation d'alcool, même modérée, majore le risque de cancer. Et celui du foie tout particulièrement.

Vaccination, protection et dépistage
Mais cela ne doit pas occulter l'autre cause majeure de ce cancer, l'hépatite chronique. D'autant plus que le nombre de cas augmente chaque année.

Près de 10% des hépatites B et 50% des hépatites C évoluent vers une maladie chronique après plusieurs années d'infection du virus.
Et qui dit hépatite chronique dit cancer potentiel.
Aujourd'hui, la France compte environ 100 000 personnes porteuses d'un de ces deux virus. « Mais la moitié d'entre elles ne le sait pas, » regrette le Pr Franck Chauvin.

Or il est impératif de savoir si on est porteur d'un virus hépatique ou non, sous peine de le transmettre involontairement à une autre personne.
Pour cela, des centaines de centres de dépistage existent en France.
Et les tests sont anonymes et gratuits.
En cas d'hésitation, le mieux est de consulter son médecin traitant qui saura recommander le dépistage s'il considère qu'on est une personne à risque.

Lorsqu'on est porteur du virus, les traitements par antiviraux ou par interféron peuvent contribuer à éviter des complications entraînant un hépatocarcinome ou une insuffisance hépatique.
Mais là aussi, il y a mieux ! La politique vaccinale française permet aux personnes jugées à risque de bénéficier du vaccin contre l'hépatite B.
Par ailleurs, tous les nourrissons peuvent être vaccinés depuis 2004 et un rattrapage est possible jusqu'à l'âge de 15 ans.

Mais il est également possible de se protéger du virus sans avoir recours à la vaccination :
« Les virus hépatiques se transmettent comme le VIH,
explique le Pr Chauvin. Il faut donc éviter tout comportement à risque comme l'utilisation de seringues souillées, pour les toxicomanes par exemple, ou les rapports sexuels sans protection. »

Ces précautions sont particulièrement indispensables pour se protéger du virus de l'hépatite C contre lequel il n'existe pas de vaccin.

De même, une attention particulière doit être portée aux tatouages et piercings qui, pratiqués avec des aiguilles, nécessitent un personnel formé aux conditions d'hygiène et de salubrité.
Ces aiguilles, si elles sont réutilisées, transportent des matériaux biologiques qui favorisent la transmission des virus des hépatites. Afin d'éviter tout risque de contamination, ils doivent donc être réalisés chez des professionnels reconnus avec du matériel stérilisé.

Bien entendu, il ne faut pas attendre de ressentir des douleurs au foie ou la survenue d'un événement grave liée à la consommation d'alcool pour prendre conscience d'un problème au foie.
Ceci est d'autant plus vrai que le cancer du foie se développe souvent silencieusement. Les symptômes n'apparaissent généralement que lorsque le cancer est évolué.
Grande fatigue, perte d'appétit, perte de poids, affaiblissement général, douleurs abdominales et jaunisse comptent parmi les symptômes de ce cancer.
Mais il arrive que des personnes atteintes d'un cancer du foie avancé ne présentent aucun symptôme. Ce qui explique malheureusement la découverte souvent tardive de ce cancer, et par conséquent son mauvais pronostic.

On comprend alors mieux tout l'intérêt et l'efficacité de la prévention.:

Trois questions au Pr Franck Chauvin,cancérologue et professeur de santé publique.

Q : Comment peut-on prévenir un cancer du foie ?
Franck Chauvin : L'alcool et les virus hépatiques sont les facteurs de risque les plus importants pour ce cancer.
La première chose est donc de limiter sa consommation d'alcool. Pour lutter contre les virus des hépatites B et C, est d'éviter les comportements à risque, qui sont les mêmes que pour le VIH.
Il existe aussi un vaccin très efficace contre l'hépatite B.

Q : Où en est le dépistage ?
F. C. Il n'y a pas de dépistage organisé, comme pour le cancer du sein ou le cancer colorectal. Seules les personnes à risque sont concernées par le dépistage du cancer du foie : celles ayant une affection chronique du foie comme la cirrhose liée à la consommation d'alcool ou à une hépatite virale.
Le dépistage d'une contamination par les virus de l'hépatite concerne, lui, les personnes ayant des rapports sexuels non protégés, les toxicomanes ainsi que certains professionnels de santé qui peuvent être contaminés dans leur travail.
Je précise que le dépistage est anonyme et gratuit. Et qu'il peut être prescrit par le médecin traitant.

Q : Quels sont Les traitements ?
F. C. Dépisté assez tôt, un cancer du foie peut être traité par chirurgie ou détruit par voie cutanée, par ultrasons par exemple. Lorsque la tumeur est plus étendue, et puisqu'il est impossible de vivre sans foie, il faut le remplacer.
Lorsque le cancer est à un stade plus évolué, on fait appel à la chimiothérapie et, de plus en plus, aux thérapies ciblées qui permettent de détruire la tumeur en préservant les cellules saines.


d'après Eric Maunoir, in "Vivre", Juin 2011 (T2), N° 350, pp 20-23