Ligue contre le Cancer
Comité de l'Ain

 

56 Rue Bourgmayer
Bourg en Bresse 01

Tél:  04 74 22 58 96
  
www.liguecancer01.net

               

Chercher

   

   
Actualités  
A la une
Dernières actualités
Les dossiers
Agenda
   
Le Comité de l'Ain  
Son organisation
Ses résultats
Les Délégations cantonales
La vie des Délégations
Nous contacter
   
Nos missions  
Soutenir la recherche
Les dépistages
Prévention Information
L'aide aux malades
   
Comment nous aider  
Faites un don
Devenez bénévole
Devenez partenaire
Faites un legs
   
Informations utiles  
Avez vous une question ?
Documentations
Adresses et liens locaux
La Ligue et le cancer
Cancer Info Service
   
   
 
      Les dossiers du Comité de l'Ain  

 

 

 

 

Retour à la liste des dossiers

2010  01  La curiethérapie
Stéphanie Delage : Vivre 2009 T4, N° 344

La curiethérapie en 2010

Le traitement du cancer par une irradiation locale, ou curiethérapie, permet d'épargner les tissus sains alentour. Par contre, tous les organes ne sont pas éligibles. De plus, seuls les patients atteints d'un cancer en stade précoce peuvent y prétendre.

La curiethérapie n'est pas nouvelle. Née en 1904 suite à la découverte du radium par Pierre et Marie Curie, elle a pris petit à petit une place importante dans l'arsenal thérapeutique de référence pour combattre le cancer, aux cotés de la chirurgie (ablation de la tumeur), de la radiothérapie, et de la chimiothérapie.

Son principe rejoint celui de la radiothérapie et consiste à irradier la tumeur par un produit radioactif pour la détruire.
Grande différence cependant : le traitement est très localisé et permet d'éviter l'irradiation d'organes alentour.
Toute la dose d'irradiation est concentrée sur la partie à détruire. «le produit radioactif est posé directement au contact de la tumeur », explique Laurent Chauveinc, ancien chef d'unité de curiethérapie à l'Institut Curie et actuellement responsable de la curiethérapie à la Clinique Hartmann de Neuilly.

Le césium, l'iridium et l'iode 125 sont les principaux corps radioactifs utilisés.
 
«Cette thérapie est indiquée principalement pour les tumeurs peu profondes, les cancers gynécologiques et ceux de la prostate, affirme le radiothérapeute. Les organes difficilement accessibles comme le foie ou le pancréas ne sont pas de bons candidats.

Par ailleurs la curiethérapie ne peut être pratiquée pour des stades avancés de la maladie. Il faut que la tumeur soit de petite taille, typiquement moins de 50 grammes pour la prostate et moins de 4 centimètres pour un organe gynécologique.

Une durée d'hospitalisation assez courte

La durée d'hospitalisation est variable, en général de deux à cinq jours. L'intervention est beaucoup mains lourde qu'en chirurgie. Très brève (une demi-heure en moyenne), elle s'effectue sous anesthésie générale ou sous péridurale.
«le médecin introduit prés de la tumeur une source radioactive logée dans une aiguille ou un petit tube en plastique; précise le Dr Chauveinc. Le patient est ensuite placé dans une chambre individuelle plombée tant que le produit est en place. II doit rester alité sans bouger. Enfin, la source radioactive est retirée. Inutile de repasser au bloc pour cela.»
Doit-on s'attendre à souffrir? «Peu. Une prise en charge de la douleur par des antalgiques légers suffit dans la plupart des cas. »

A la pointe pour le cancer de la prostate

Si ce protocole vaut pour la majeure partie des patients, les malades de la prostate font exception.
En effet, grâce à une technique importée des Etats-Unis il y a 11 ans par Laurent Chauveinc, le traitement du cancer de la prostate par curiethérapie s'est beaucoup allégé.
Contrairement à la technique classique, la source radioactive n'est pas retirée et reste dans le corps du patient définitivement. L'iode 125 diffuse de façon continue pendant environ un an.

Avantage principal de cette technique: une hospitalisation de 48 heures, voire moins, suffit. En outre, le taux de réussite de la curiethérapie de la prostate équivaut à celui de la chirurgie, les complications en moins. Inutile ainsi d'avoir recours à d'autres traitements, contrairement à la curiethérapie des autres organes qui doit s'inscrire dans une stratégie thérapeutique globale.
«Aujourd'hui, entre 5 000 et 6000 patients atteints du cancer de la prostate ont bénéficié de ce traitement en France», détaille le Dr Chauveinc.

Quels effets secondaires ?

Ils dépendent de l'organe traité, mais sont généralement moins pénibles que ceux relatifs à la chirurgie. « Si la curiethérapie ne provoque pas de douleurs gênantes lors du séjour à l'hôpital, des brûlures à retardement apparaissent localement au bout de 15 jours », indique Ie Dr Chauveinc.
Après une curiethérapie de la prostate, des douleurs se manifestent lors de la miction et les patients urinent en général deux fois plus fréquemment pendant environ quatre mois. « Par contre, on observe moins de complications sexuelles âpres une curiethérapie qu'après une prostatectomie », précise le spécialiste.

Apres une curiethérapie gynécologique, la cicatrisation des tissus du col de l'utérus et du vagin peut provoquer un rétrécissement et un raccourcissement du vagin.
Un traitement par hormones substitutives peut dans certains cas être prescrit afin de maintenir Ie désir sexuel et le tonus des tissus.

L' avenir de La curiethérapie

Si la curiethérapie n'est pas toute jeune, elle continue d'évoluer.
De nouveaux protocoles ont émergé ces dernières années pour simplifier la vie des patients.
Par exemple, les temps d'irradiation peuvent être morcelés pour écourter la période d'hospitalisation.
Cette curiethérapie « à haut débit de dose» consiste typiquement à irradier la tumeur 4 à 5 fois durant une demi-heure avec des sources de forte activité radioactive.
Le patient peut rentrer chez lui entre les séances.

Autre nouveauté: le bas débit pulsé. Ici, les doses sont administrées 10 minutes par heure. Le malade peut ainsi sortir de sa chambre entre les différentes irradiations. «Mais la curiethérapie ne connaîtra pas de grand bouleversement, seulement des ajustements lies aux progrès techniques et informatiques. Elle est arrivée à maturité», conclut le Dr Laurent Chauveinc.


 

 

 

 

 

 

   

 

 

 

Pierre et Marie Curie