Ligue contre le Cancer
Comité de l'Ain

 

56 Rue Bourgmayer
Bourg en Bresse 01

Tél:  04 74 22 58 96
  
www.liguecancer01.net

               

Chercher

   

   
Actualités  
A la une
Dernières actualités
Les dossiers
Agenda
   
Le Comité de l'Ain  
Son organisation
Ses résultats
Les Délégations cantonales
La vie des Délégations
Nous contacter
   
Nos missions  
Soutenir la recherche
Les dépistages
Prévention Information
L'aide aux malades
   
Comment nous aider  
Faites un don
Devenez bénévole
Devenez partenaire
Faites un legs
   
Informations utiles  
Avez vous une question ?
Documentations
Adresses et liens locaux
La Ligue et le cancer
Cancer Info Service
   
   
   

Délégation de Peronnas
22 octobre 201
6

Théâtre pour la recherche : Douze hommes en colère 

« Douze hommes en colère », c'est la pièce de théâtre qui a été interprétée, samedi 22 octobre 2016 à la salle des fêtes de Péronnas, au profit de la Ligue contre le cancer, en présence du maire M. Christian CHANEL et de Mme Jacqueline CURIAL, maire-adjoint à la culture.
C'est une troupe d'acteurs amateurs lyonnais « Pièces à conviction" qui est venue jouer bénévolement pour la Ligue contre le cancer de l'Ain. Cette soirée était organisée par la délégation de Péronnas, dirigée par Marie-Jeanne ROLLET.

Sur scène, cette pièce de Réginald Rose, écrite en 1953, rassemble 12 personnages.
Il s'agit du délibéré à huis clos entre les jurés du procès d'un adolescent noir de seize ans accusé d'avoir poignardé son père.
 
S'ils rendent le verdict « coupable », plus rien ne s'opposera à la peine de mort.
 
Tout accuse le suspect : la voisine d'en face l'a vu, le vieil homme du dessous l'a entendu, un commerçant lui a vendu, le soir du meurtre, le couteau que l'on a retrouvé dans le corps de son père.
 

Pourtant lors du vote qui doit décider du verdict final, un seul juré, le numéro 8, ne lève pas la main pour le désigner coupable. Sa raison : « il n'est pas sûr ».
 
L'unanimité étant requise, ont lieu deux heures de débat où chacun prend une position qui ne cesse de changer au rythme des arguments qui apparaissent, des révélations qui se font, des faits établis qui se désagrègent.
 Les arguments des uns et des autres vont fuser, faits de doutes, de colère, de rancœur, de raisonnement, de rappel des débats, à l’aune de l’histoire personnelle de chacun des jurés :

  
                   Jurés n° 1, 2, 3                                           Jurés n° 4, 5, 6

Juré n° 1 (Christophe GOURJON) président du jury. Il n’en comprend pas les doutes.
Juré n° 2 (Lionel ROBINAULT) employé de banque timide, confiant dans le système judiciaire.
Juré n° 3 (François CHAUVEAU) petit patron d'une entreprise de 37 salariés. Sa haine de l’accusé s’explique au cours de la pièce.
Juré n° 4 (Christian RIGUEL) courtier en bourse. Sérieux et concentré il ne s’appuie que sur les faits, à priori contre l'accusé.
Juré n° 5 (Guy PELLET) chômeur, issu d’une zone comme l’accusé, il lui trouve des excuses.
Juré n° 6 (Elie PEYRONNET) peintre en bâtiment, il réfléchit beaucoup à cette affaire.

   
                  Jurés n° 7, 8, 9                                          Jurés n° 10, 11, 12

Juré n° 7 (Raoul MARTIN), représentant de commerce, convaincu de la culpabilité, il a hâte d’en finir pour aller au match de baseball.
Juré n° 8 (Bernard BALLANDRAS) architecte il est le premier à voter non coupable.
Juré n° 9 (Jacques SICARD) retraité, attentif et compréhensif.
Juré n° 10 (Dominique FERNANDEZ) garagiste il révèle peu à peu son profond racisme.
Juré n° 11 (Jean-Charles CESCUT) horloger récemment immigré d'Europe de l'Est, il est victime du racisme des jurés n° 3, 7 et 10.
Juré n° 12 (Laurent STROHL) publicitaire, le plus jeune du jury il va changer d’avis 3 fois.


Comme dans le célèbre long-métrage de 1957, François CHAUVEAU le metteur en scène, a choisi de réunir les douze hommes dans un espace unique, une vaste pièce isolée du tribunal comportant des tables, des chaises, des toilettes, un vieux lavabo et une fontaine. Et pratiquement en temps réel : deux heures de délibérations, de colères, de tentatives de compréhension, d'échanges souvent vifs pendant qu'un orage éclate à l'extérieur.
 

   
                               L'évolution du juré n° 3 au fil de la pièce

Véritable tragédie antique par l’unité de lieu, de temps, et d’action, mais d'une modernité flagrante, universelle, la pièce est à la fois une réflexion sur la vérité et la justice et un plaidoyer contre la peine de mort. Elle révèle les contradictions des uns et des autres, leurs frustrations, leurs rancœurs, mais également leur humanité. Depuis 63 ans elle n’a pas pris une ride. Témoin forcément muet, le public se retrouve pris comme dans un étau dans un huis clos étouffant et haletant, bien qu'on en connaisse le dénouement.
 

   
            Les jurés n° 10 et 8                         Le salut final par le signe de la Ligue

Les acteurs ont subjugué les spectateurs, par leur talent et la vérité de leur jeu. Une remarquable performance d'ailleurs, puisqu'ils ont tenu le public en haleine pendant plus de deux heures sans entracte. Une excellente soirée, sous le signe du talent, de l'amitié et de la générosité.

Photos : JB          
                                                   
                                                                 

                                                         

 

   


François CHAUVEAU
Metteur en scène et juré n° 3
 

 
Dominique FERNANDEZ
juré n° 10

 
Jacques SICARD 
juré n° 9
 

 
Christian RIGUEL
Président de la troupe
"Pièces à conviction"
et juré n° 4

 
Raoul MARTIN
juré n° 7


Mme Marie-Jeanne ROLLET
Responsable de la délégation
de Péronnas