Ligue contre le Cancer
Comité de l'Ain

 

56 Rue Bourgmayer
Bourg en Bresse 01

Tél:  04 74 22 58 96
  
www.liguecancer01.net

               

Chercher

   

   
Actualités  
A la une
Dernières actualités
Les dossiers
Agenda
   
Le Comité de l'Ain  
Son organisation
Ses résultats
Les Délégations cantonales
La vie des Délégations
Nous contacter
   
Nos missions  
Soutenir la recherche
Les dépistages
Prévention Information
L'aide aux malades
   
Comment nous aider  
Faites un don
Devenez bénévole
Devenez partenaire
Faites un legs
   
Informations utiles  
Avez vous une question ?
Documentations
Adresses et liens locaux
La Ligue et le cancer
Cancer Info Service
   
   
 
      Les actualités du Comité de l'Ain  

 

 

 

 

Retour à la liste des actualités

Le nouveau Plan-Cancer, 2009-2013
Quotidien du Médecin n° 8522, mercredi 4 mars 2009
(Compte-rendu par Philippe Roy)
Le Pr Jean-Pierre Grünfeld, chargé par le Président Sarkozy, en octobre 2008, de
formuler des recommandations pour aider à la mise en œuvre du futur plan Cancer, préconise de «remettre le généraliste au centre du suivi des patients », tout en appelant à une politique volontariste sur la recherche et la réduction des inégalités de santé.

LE FUTUR PLAN CANCER, qui doit couvrir la période 2009-2013, s'appuiera sur les recommandations faites par le Pr Jean-Pierre Grünfeld. Incontestablement « novateur »,le précédent plan (2003-2007) souffrait de « carences » et de « défaillances », soulignaient en juin 2008 la Cour des comptes et le Haut Conseil de la santé publique. Dans ses indications pour un « nouvel élan », le Pr Grünfeld n'entend pas faire table rase du passé. Il suggère de « consolider, de compléter et de développer » plusieurs acquis jugés indiscutablement positifs. En particulier, les réunions de concertations pluridisciplinaires destinées à harmoniser les décisions des professionnels de santé sur le programme du traitement doivent être poursuivies et amplifiées. Il convient aussi d'emprunter la voie ouverte par les 110 consultations oncogénétiques dans 66 villes et de l'élargir.
A cela s'ajoutent des défis à relever, insiste le néphrologue parisien.
 
Agir sur la démographie médicale. Il faut veiller à la démographie médicale», tant au regard du diagnostic que du traitement. Les radiothérapeutes, les manipulateurs en radiothérapie et les radio-physiciens doivent être plus nombreux . Les anatomopathologistes, aux effectifs également insuffisants, devraient être mieux répartis et l'accès à une plate-forme de biologie moléculaire facilité.
 
Quant au médecin traitant - au cœur des préoccupations dans le projet de loi HPST-il devrait avoir un rôle majeur. « Il s'agit de faire un effort sur la coordination des soins( ... ) en remettant le généraliste au centre du suivi des patients. »

Et, bien sûr, pour aller de l'avant et réduire les incidences des tumeurs malignes, il revient à la recherche une place prépondérante, "de la recherche la plus fondamentale à la recherche la plus appliquée"-

Le Pr Grünfeld insiste, entre autres, sur « une recherche translationnellle, ou de transfert» et « une recherche en santé publique ». Il lui paraît indispensable de continuer à infléchir les facteurs de la cancérogenèse, c'est-à-dire de modifier les comportements face au tabagisme ou à l'alcoolisme, par exemple. Sans oublier une recherche volontariste dans le champ du dépistage - caractérisée sur la dernière période par la détection généralisée du cancer colorectal- et de la prévention.

Réduire les inégalités de santé. Un autre pari à relever a trait à l'humain et au social. Car les données épidémiologiques mettent en évidence « des inégalités de santé frappantes ». Il n'est qu'à voir« le croissant nord - nord-est, ou encore la partie délimitée par la diagonale Champagne-Ardennes-Auvergne » (Atlas INSERM-InCa,décembre 2008).
Les zones noires sont connues, il importe d'aller désormais au plus près des populations vulnérables (personnes âgées et handicapés) et démunies. « L'organisation même des soins constitue un paramètre déterminant » dans la lutte à mener.

Enfin, le Pr Grünfeld évoque la vie après le cancer. « Une fois la phase aiguë passée, nombre de patients et d'acteurs de santé se retrouvent désemparés ».Là encore, le médecin traitant a une fonction « de pivot, avec le concours des associations de patients». il faut prendre le temps de corriger les handicaps créés par les traitements et introduire une communication entre la médecine en entreprise (adaptation du poste de travail, non-stigmatisation des cancéreux) et la médecine de ville. C'est à ce prix que les choses bougeront. Il appartient dorénavant à l'entourage élyséen et aux ministères concernés (Santé, Recherche, Solidarité Travail) de bâtir le 2" plan Cancer. « J'espère que ça se fera assez vite », dit le Pr Grünfeld
Le président de la République, qui a reçu Jean-Pierre Grünfeld vendredi dernier, a « salué la grande qualité » du travail du néphrologue, et il s'est déclaré prêt « pour donner, sur ces bases, une nouvelle impulsion à la lutte contre le cancer ».

 

   

Actualité choisie par votre Comité de l'Ain
 

Le Professeur Jean-Pierre GRÜNFELD, au sortir de l'Elysée